Nous, les enfants sauvages

J’ai le souvenir d’une poésie et d’un certain mystère dans le plaisir que j’ai éprouvé à la lecture des romans d’Alice de Poncheville. C’était le cas du très beau Je suis l’arbre qui cache la forêt ou de Calamity Jane avait deux filles. Je retrouve cette voix, ici. N’est-ce pas le plus extraordinaire, lorsque l’on […]